In Books Featured Roman Romance

BOSSMAN, J'AI ADHÉRÉ


Comment ne pas succomber à l'irrésistible ?
Que peut faire Reese quand son rencard d'un soir se révèle être une véritable catastrophe ? Appeler une amie pour la tirer de là. Ou alors, obtenir l'aide inespérée d'un convive à la table voisine qui a tout entendu et a décidé qu'il allait mentir pour elle et se faire passer pour son premier petit ami. 
Chase ne manque pas de culot, ment comme un pro. Reese ne sait pas trop quoi penser de lui mais quand elle a l'opportunité de le revoir, elle se surprend à saisir l'occasion et quand il lui propose un emploi qui lui correspond totalement dans sa compagnie, elle ne peut pas refuser.
Reese se surprend à apprécier beaucoup Chase qui ne cache pas tout l'intérêt qu'il lui porte.
Mais la jeune femme sait depuis longtemps que coucher avec son patron est une très mauvaise idée. Ce n'est pas pour elle... Mais Chase n'est pas vraiment le type de patron auquel elle est habituée et il est plutôt irrésistible dans son genre.

Eh oui, j’ai succombé aux appels des sirènes et me suis empressée d’acheter Bossman de Vi KEELAND durant le mois de décembre. J’ai croisé les doigts pour une romance à l’opposé de Calendar Girl qui clairement m’a ennuyée du début à la fin. 
Honnêtement, je n’ai pas été déçue. Envie d’une romance sympathique à bouquiner au coin du feu sous son plaid ? Bossman est fait pour vous. 

Pour la petite anecdote, Bossman a au départ été autoédité et s’est retrouvé propulsé n°1 du classement du New York Times. C’est vous dire le succès qu’il a rencontré. Les lectrices ne s’y sont pas trompées, ce roman est une petite pépite dans son genre. Comme quoi, le passage par les maisons édition n’est pas forcément une obligation pour voir le fruit de son travail récompensé. Mais ça, c’est un autre sujet.

Outre une traduction approximative à certains passages, je dois dire que le bouquin déchire. Nous y retrouvons plusieurs codes du New Adult travaillés, retravaillés, que l’auteur a su s’approprier. Amateurs(rices) d'amour fleur bleue, de naïveté et de la bigote qui se révèle être une vraie bombe atomique accro au sexe de la page 1 à la page 200... passez votre chemin.

Les atouts du roman : sa légèreté, l’humour de ses personnages et surtout la force d’une relation singulière qui naît et se solidifie sous nos yeux. Être esclave de ses sentiments et candide à souhait, ne font clairement pas partie des traits de la personnalité de Reese qui débrouillarde au possible ne se laisse pas intimider par une belle brochette de jeunes hommes. Vi Keeland nous livre ici un personnage féminin indépendant, qui a la gniak et qui comme tout le monde fait des erreurs. Resse rit, doute, fantasme, se masturbe, fait du sport, elle bosse dur pour réussir à mener la carrière de ses rêves. Elle est comme vous, comme moi et franchement ça fait un bien fou. Depuis mars 2017, c’est bien la première fois que je réussis à me retrouver dans certains aspects d’un personnage féminin non caricatural du genre New adult, c’est dire ! 
Face à elle, Chase adorable rebelle à la tête d’une société ciblant les besoins des femmes. Son produit phare, une cire épilatoire pour éviter à ces demoiselles les désagréments liés à une épilation lambda. Adieux douleurs ! Bref, la conception du produit tout droit sortie de l’imagination de Chase, nous révèle dès le début la place qu’ont les femmes dans sa vie et ce besoin de les chouchouter, de les rassurer et de les protéger. Au fil des pages, nous découvrons que ce besoin de protéger ses proches n’est pas anodin et le baromètre de la cute attitude explose. Oui, oui, où est mon Chase à moi ?

La romance mise en scène est intéressante. Nous sortons des habituels scénarios répétitifs du genre. Resse résiste à un Chase sûr de lui, un tantinet insistant parfois même menteur (cela dessert parfois le récit, mais bon). Il ne parvient pas à cacher l’envie qu’elle fait naître en lui et Reese en joue habilement. Le jeu de séduction qui s’opère entre eux est parfaitement dosé, ni trop rapide ni trop lent. Et le respect… le respect est presque totalement là ! L’auteur nous prouve qu’en New Adult, il est possible de s’aimer sans se détruire, s’aimer sans condescendance, s’aimer sans violences physiques ou psychologiques… le respect quoi ! J’ai adoré cet aspect du roman vraiment, car quoique l’on en dise, lire des romances « saines » (nous nous comprenons…) c’est sympa aussi. 

Petit bémol toutefois, concernant deux ou trois passages où j’ai trouvé Chase un chouia lourd (la liberté d’importuner diront certaines...).
Autre petit hic, une fin un tantinet trop rapide. Mais bon, je n’en tiens pas rigueur à l’auteur qui a su me permettre de me vider l’esprit durant ma lecture, l'espace de quatre heures.

Les joutes verbales piquantes, l’intrigue secondaire très intéressante, le récit léger mais maîtrisé et les scènes explicites non exagérées m’ont permis de passer un bon moment malgré un petit essoufflement en fin de roman.


          
                                            🌟 🌟 🌟 🌟 Excellent (dans son genre)


Titre du tome 1  : BOSSMAN
Nombre de pages : 350 pages (version intégrale)
Auteur : Vi Keeland
Editeur : Hugo Roman
Genre : New Romance
Parution française : 12 octobre 2017
Ebook : 9,99 €   Roman : 17,00 € => Ici

Articles liés

3 commentaires:

  1. Convaincue !!!!!! Je vais le lire. Il est dans ma PAL depuis fin 2017. La couverture version américaine attrape le regard, la française est belle aussi. J'ai lu Fallen Crest tu pourrais aimer.

    RépondreSupprimer
  2. Hello !
    Pour le coup, j'aime pas du tout la couverture française elle fait trop banal. Le mec qui tire sur sa cravate vu et revu.
    Je suis du même avis que toi. J'ai mis deux semaines à lire le livre un peu chaque midi et j'ai apprécié la plume de l'auteur. De la littérature de gare de pour certains, sympathique pour moi.
    A très vite

    RépondreSupprimer
  3. Coucou,
    Cela fait déjà plusieurs semaines qu'il me tente, mais là c'est décidé ! Hop dans la liseuse �� haha

    RépondreSupprimer